Accueil / Actualité / Campagne de sensibilisation « Préservons la Betterave Française »

 

Interdiction des néonicotinoïdes :
La CGB lance une campagne de sensibilisation en région et sur le net
« Préservons la Betterave Française »

 

Le vendredi 27 avril 2018, le Comité permanent (SCOPAFF) a adopté les propositions de la Commission européenne d’interdire l’usage des néonicotinoïdes pour tous les usages extérieurs, donc également en enrobage de semences pour les betteraves sucrières.
Elle fait écho à la loi française de protection de la biodiversité votée en 2016 qui interdit l’utilisation des néonicotinoïdes à compter
du 1er septembre 2018.

Cette interdiction impacte largement la production de betteraves sucrières françaises, alors que celle-ci n’attire pas les abeilles. C’est toute la pérennité du secteur sucrier français en général qui est affectée.

 

Notre filière a demandé une dérogation étayée par de solides arguments scientifiques, pour nous laisser encore un peu de temps d’aboutir dans la recherche de solutions, déjà bien entamée.  Aussi, la CGB et ses 14 syndicats betteraviers ont décidé de mener des actions de sensibilisation pour mettre en avant les risques liés à cette interdictions pour la filière betterave…

Notre demande

Nous souhaitons obtenir une dérogation pour aboutir dans nos recherches

 

Nous demandons une dérogation pour pouvoir aboutir dans la recherche de solutions alternatives non chimiques.. A ce jour, nous sommes dans l’impasse technique. La seule alternative possible est de revenir aux pulvérisations, et cela est un retour en arrière pour notre filière. Les betteraviers s’inscrivent dans une trajectoire de progrès de leurs pratiques. Les betteraviers sont pour des solutions à condition d’avoir du temps pour les trouver.

 

Nos actions

/ Campagne terrain /

 

La CGB va déployer dans toutes les régions betteravières
plus de 200 panneaux dans les champs de betteraves situés sur des axes (routiers) stratégiques.
L’objectif est de quadriller la France Betteravière avec nos panneaux pour faire entendre notre message. Nos adhérents seront « porteurs » de nos messages pour démultiplier la part de voix de la filière.

Voici le panneau qui sera dans les champs betteraviers :

 

/ Campagne digitale /

 

Cette campagne va être largement relayée sur Twitter et sur le web.

 

  • Lancement du hashtag : #PréservonsLaBetteraveFrançaise
  • Lancement d’une pétition : PréservonsLaBetteraveSucrièreFrançaise
  • Diffusion de vidéos : témoignages de betteraviers, d’apiculteurs ou encore film pédagogique…

 

 

« Parole de betteravier »

 

Apporter votre soutien

Aidez-nous à obtenir une dérogation pour l’utilisation des néonicotinoïdes prolongée (d’au moins deux ans) en enrobage de semences de betteraves en signant cette pétition : https://chn.ge/2JuCLwV

 

Suivez notre campagne de sensibilisation sur Twitter : @_MissBetter

 

Relayer nos tweets avec notre hashtag : #PréservonsLaBetteraveFrançaise

Signer la pétition pour nous aider à obtenir une dérogation

 

Suivre notre campagne sur Twitter @_MissBetter

Retweeter avec notre hashtag : #PréservonsLaBetteraveFrançaise

Nos convictions

Nous aussi, nous sommes pour protéger les abeilles !

 

Les néonicotinoïdes sont accusés de la mortalité des abeilles, or, nos betteraves qui ne font ni fleur ni pollen n’attirent pas les abeilles donc ne peuvent pas les tuer !

 

 

Les néonicotinoïdes sur betteraves sont à ce jour la solution la plus respectueuse pour l’environnement

 

Les betteraviers s’inscrivent dans une trajectoire de progrès de leurs pratiques mais ne veulent pas se trouver dans des impasses. Il n’existe aujourd’hui aucune alternative efficace aux néonicotinoïdes à part une alternative chimique ce qui signifie un retour aux traitements par pulvérisations aériennes qui remplaceront les néonicotinoïdes (utilisés en enrobage des semences donc enterrés) : ils sont moins respectueux de l’environnement et des insectes tous confondus, plus coûteux et surtout moins efficaces pour lutter contre le puceron vert, vecteur de la jaunisse virale.

 

 

Nous souhaitons obtenir une dérogation le temps de trouver des solutions

 

Nous demandons une dérogation (d’au moins deux ans) pour avoir le temps de trouver des solutions alternatives efficaces. Les betteraviers sont pour des solutions, à la condition d’avoir du temps pour les trouver. Des recherches sont en cours et nous devrions pouvoir trouver des solutions alternatives à un horizon de cinq ans.

 

 

C’est une véritable distorsion de concurrence

 

D’autres pays vont continuer à utiliser les néonicotinoïdes et seront plus compétitifs du fait de meilleurs rendements. Partout dans le monde, des pays producteurs vendront dans l’Union européenne du sucre produit dans des conditions moins respectueuses de l’environnement.

 

 

C’est une filière d’excellence française qui est menacée

 

Cette décision aura un impact catastrophique : toutes les régions betteravières françaises risquent d’être touchées par la jaunisse virale, avec des pertes potentielles de rendement de 12% au niveau national et pouvant aller jusqu’à 50 % dans certaines zones de climat océanique. Cela entrainera automatiquement la fragilisation du tissu industriel et des emplois en zones rurales.