Accueil / Actualité / Annonce des projets de fermeture des sucreries d’Eppeville et de Cagny : La CGB se mobilise pour les 2500 betteraviers concernés et appelle à une rencontre immédiate au plus haut niveau du groupe Südzucker

Annonce des projets de fermeture des sucreries d’Eppeville et de Cagny : La CGB se mobilise pour les 2500 betteraviers concernés et appelle à une rencontre immédiate au plus haut niveau du groupe Südzucker

Dans le cadre de la restructuration de ses activités sucrières en Europe, le groupe Südzucker vient d’annoncer le projet de fermeture des sucreries d’Eppeville (Somme) et de Cagny (Calvados) dès la campagne 2020-2021. Cela représente 36 000 ha de betteraves et 500 000 tonnes de sucre soit près de 10 % de la production française. Cette décision unilatérale est un coup terrible pour 2500 planteurs de betteraves soit 50 % des agriculteurs de Saint-Louis Sucre issus de bassins de production compétitifs.

« Des sucreries qui disparaissent ce sont autant de conséquences irréversibles pour des agriculteurs, des emplois locaux et des territoires. C’est pourquoi nous nous mobilisons pour défendre et trouver des solutions pour le devenir des planteurs et l’avenir des sites industriels d’Eppeville et de Cagny.» déclare Franck Sander, Président de la CGB.

La CGB a d’ores et déjà planifié dans les prochains jours une rencontre entre le Président et les dirigeants de la filiale française du Groupe (Saint-Louis Sucre) pour envisager les différentes options. Franck Sander a également immédiatement demandé à être reçu par le Président de Südzucker dans les plus brefs délais. D’autres contacts sont également en cours auprès des dirigeants politiques nationaux et locaux.

Si la crise que connaît la filière betterave-sucre-éthanol est sans précédent, la CGB appelle à ce que toute décision qui viendrait remettre en cause les capacités industrielles ou agricoles à produire du sucre de betterave soit mûrement réfléchie et concertée. Il est primordial de ne pas compromettre une excellence agronomique et industrielle que la filière a mis de nombreuses années à bâtir.

La CGB mettra tout en œuvre pour préserver la capacité industrielle française à produire du sucre, maintenir les bassins de production et assurer un débouché rémunérateur aux planteurs de betteraves français.