Accueil / Cours du sucre / Avril : une nouvelle baisse qui fait plonger le sucre roux sous les 11 cts/lb

Avril : une nouvelle baisse qui fait plonger le sucre roux sous les 11 cts/lb

Fin avril, la Thaïlande a annoncé que le pays avait déjà produit 14,6 Mt, à comparer avec les 10,3 Mt produit l’an dernier.

Au même moment, l’Inde, par la voix de l’ISMA, prévoyait une production autour de 31,5 MT, soit 2 Mt supplémentaire à sa prévision antérieure, un mois auparavant.

De l’autre côté du globe, au Brésil, la campagne ouvre à un rythme exceptionnel : +25% de canne écrasé pendant les 15 premiers jours d’avril, par rapport à la même période l’an passé – de quoi faire oublier une allocation record en faveur de l’éthanol !

Pour ne rien arranger, les monnaies entrent à nouveau dans le jeu. Le dollar retrouve des couleurs, mais c’est surtout la chute du Real qui fait trembler le monde sucrier : la monnaie brésilienne a perdu 4% sur le mois, ajoutant un nouvel élément baissier qui avait peu fait parler de lui l’an dernier…

Dans cette situation, les spéculateurs restent à des niveaux vendeurs record, au-dessus de 8,5 Mt.

Dès lors, la pression sur le cours du sucre est à un maximum : la perte est de 10 % pour le sucre roux sur le mois (8 % pour le sucre raffiné) : le sucre roux a souvent clôturé sous les 11 cts/lb en avril, une situation qui ne s’était pas vu depuis 2015.

La pression sur le marché européen ne se relâche donc pas, avec un marché spot, sortie sucrerie française, proche des 300 €/t.

L’éthanol brésilien a fondu en avril (-11 % en Réal, -14 % en dollar), malgré la hausse du pétrole (+8% en avril) qui n’affecte pas, non plus, l’éthanol de notre côté de l’Atlantique, du fait d’une offre abondante.

Dans ces conditions, et compte rendu des allocations prévisionnelles de betteraves pour  les différents marchés, le prix de betterave correspondant, selon les règles en vigueur sous les quotas, ressort autour de 19 €/t (hors pulpe) sur le marché spot à date, et autour de 23€/t (hors pulpe), si l’on se réfère aux moyennes européennes de prix de l’observatoire européen et des douanes (moyenne Europe) depuis le 1er octobre dernier.