Accueil / Actualité / Les betteraviers engagés dans le Contrat de Solutions

Les betteraviers engagés dans le Contrat de Solutions

Paris, le 27 novembre 2017Le Conseil d’Administration de la CGB, réuni vendredi 24 novembre, a confirmé son engagement, auprès de la FNSEA, dans la démarche du « Contrat de solutions ».

Consciente des débats de société sur les sujets environnementaux, la CGB s’engage aux côtés de la FNSEA avec 30 autres partenaires, pour la mise en œuvre de ce Contrat qui a pour objectif de proposer un ensemble de solutions pour réduire l’utilisation et les impacts des produits de protection des plantes. Cette démarche de progrès est en phase avec l’objectif que les betteraviers ont toujours eu « Produire Plus, Produire Mieux* ».

En plein débat sur les néonicotinoïdes et le Glyphosate, les betteraviers sont en ordre de marche, avec la profession agricole, avec l’ambition de promouvoir une logique de solution plutôt que d’interdiction. Ce contrat de solutions, qui propose une trajectoire de progrès au gouvernement, sera intégré par la CGB dans le plan de filière, demandé par le Président Macron dans le cadre des EGA.

Nous serons force de proposition pour répondre de la meilleure façon possible aux attentes des citoyens. Seulement, il nous faut allier compétitivité et environnement, et l’équation n’est pas si simple. Nous souhaitons trouver les solutions les plus vertueuses de protection des cultures mais sans compromettre la productivité et la rentabilité de nos exploitations. C’est la raison pour laquelle, en plein débats sur l’interdiction de produits comme le glyphosate et les néonicotinoides, nous demandons du temps pour trouver des solutions alternatives » a déclaré Eric Lainé, Président de la CGB.

* A rappeler que les betteraviers travaillent depuis de nombreuses années à l’amélioration des pratiques et des itinéraires techniques, avec l’objectif de concilier responsabilité environnementale et productivité. Ainsi, en 20 ans on a pu observer des baisses de 30% d’utilisation des produits de protection des plantes, de 50% d’apports en azote minéral, de 70% d’apports en fertilisants potassiques. Et dans le même temps, les rendements ont augmenté de plus de 40%. Pour en savoir plus consulter la brochure « Betterave sucrière, climat et environnement ».

 

– Téléchargez le Communiqué de presse au format PDF –