Accueil / Actualité / La CGB a toujours été favorable aux échanges de betteraves : merci à la Coordination Rurale de lui donner raison

La CGB a toujours été favorable aux échanges de betteraves : merci à la Coordination Rurale de lui donner raison

Pour limiter les transports, l’impact environnemental et les coûts, l’Accord Interprofessionnel (AIP)  a toujours prévu l’échange de betteraves pour les opérations de réceptions.  L’arrêté du 24 février 2006, permet d’ailleurs de confier la réception de betteraves à un autre fabricant. Cette pratique, intitulée « échanges », est un sujet au cœur des préoccupations de la CGB, vigilante sur ces questions depuis de nombreuses années.

Dans le cadre de cette règlementation et dans le contexte d’un nouveau marché dérégulé, qui intervient avec la fin des quotas sucre, l’accord interprofessionnel post quotas signé à l’été 2016 continue d’intégrer ces enjeux de transports de betteraves. L’Accord Interprofessionnel post quotas prévoit toujours que le fabricant de sucre puisse confier les opérations de réceptions des betteraves à un autre fabricant – ou à une autre sucrerie – que ceux prévus au contrat avec le planteur, tel que stipulé : « Si le contrat le prévoit, le fabricant peut confier les opérations de réception des betteraves à un autre fabricant ou à une autre sucrerie que celle prévue au contrat. Celui-ci en informe le planteur concerné avant le début de la campagne ou lors des ajustements qui peuvent intervenir en cours de campagne. Dans le même temps, la commission interprofessionnelle sera informée de ces éléments. » (art.7).

Le sujet a d’ailleurs été à l’ordre du jour du Conseil d’Administration du 19 avril dernier de la nouvelle interprofession AIBS (Association Interprofessionnelle de la Betterave et du Sucre) durant lequel la CGB a fait valoir le bien fondé et son attachement à ces pratiques d’échanges. Les fabricants y travaillent dans ce nouveau cadre de l’après quotas.

La CGB n’a donc pas attendu la section betterave sucrière de la Coordination Rurale, née avec la fin des quotas, pour défendre ses adhérents et se préoccuper de ce sujet des échanges.

Eric Lainé, Président de la CGB a déclaré « le transport de betteraves constitue un véritable enjeu environnemental et sociétal pour les planteurs et ces pratiques d’échanges de betteraves ont un
vrai sens même si cela doit se faire dans un contexte différent».

 – Télécharger le CP au format PDF –