Accueil / Actualité / La CGB prône un syndicalisme fort dans l’après quotas

La CGB prône un syndicalisme fort dans l’après quotas

Réélection d’ERIC LAINE, Président de la CGB

Eric Lainé a été réélu, le 2 février 2018, Président de la Confédération Générale des planteurs de Betteraves (CGB) par le Conseil d’administration. Président de la CGB depuis décembre 2007, Eric Lainé est agriculteur dans la Marne, à Saint-Memmie et est entouré d’un bureau de 14 élus betteraviers. Pour consulter la liste des membres du bureau CGB élus par le Conseil cliquer ici.

A l’occasion de sa réélection, Eric Lainé a assuré le Conseil d’Administration de sa détermination pour conduire au mieux les intérêts de la filière betteravière et de ses planteurs dans cette période post-quota déterminante. La filière betterave est à un tournant et sera moins sécurisante pour le revenu du planteur de betteraves, exposé à une plus grande volatilité des prix mais avec des opportunités de nouveaux marchés à saisir. Les betteraviers doivent donc mettre tous les atouts de leurs côtés en misant aussi sur un syndicalisme fort qui joue pleinement son rôle, dans une période comme celle-ci, pour porter haut et fort la voix des planteurs dans tous les dossiers français, européens et mondiaux (compétitivité des exploitations, enjeux environnementaux, réception de betteraves, PAC 2020, marchés, gestion des risques etc).

« Pour garder notre syndicalisme fort et des actions efficaces, la CGB travaille sur tous les dossiers pour défendre, dans ce nouveau contexte, le revenu du planteur exposé à une plus grande volatilité des prix. Notre action collective fera que notre filière pourra conserver une défense efficace et rester un modèle d’exemplarité.»

Eric lainé, Président de la CGB.

Forte de ses 97 ans d’existence, un nouveau chapitre s’ouvre dans l’histoire de la CGB, qui va évoluer en apportant des services, de la formation ou de l’information pertinente à ses planteurs. La CGB va conduire au mieux les intérêts des planteurs dans cette période post-quota pour défendre leur revenu à tous les niveaux de décisions (de l’achat des graines au prix payé pour les betteraves).

Plus que jamais les planteurs vont avoir besoin de la force de leur syndicat pour les représenter et les aider à gagner en compétitivité et en efficacité.

– Télécharger le Communiqué de Presse –