Accueil / Actualité / Cours du sucre en novembre : de nouvelles craintes avec la chute du pétrole ?

Cours du sucre en novembre : de nouvelles craintes avec la chute du pétrole ?

Les cours du sucre ont été stables sur le mois de novembre, que ce soit en sucre brut (entre 12,5 et 13,0cts/lb) ou en sucre raffiné (autour de 350 US$/t). Les fondamentaux sont pourtant porteurs : si l’ISO (International Sugar Organisation)continue d’anticiper un léger surplus (2 Mt) sur la campagne en cours, de nombreux analystes commencent à anticiper un déficit mondial dès à présent, et donc avant celui, de plus grande ampleur, attendu pour 2019-2020.

Mais ces estimations pourraient néanmoins être revues. En effet, la chute récente du pétrole (-30 % depuis le début octobre), ramène ce dernier autour des 60 US$/baril. Cela n’affecte pas encore l’éthanol en Europe (il a pris 4% sur le mois), mais un peu celui aux USA (-3%), et encore plus au Brésil : l’éthanol anhydre (celui mélangé, à hauteur de 27%, à l’essence) a perdu 8% en Réal, et l’hydraté (celui utilisé en l’état dans les voitures flex) a perdu 10 % !

A ces niveaux de prix, la parité pour les Brésilien correspond à un sucre, sur le marché mondial, à 13 cts/lb.On n’en est pas loin : si le pétrole poursuit sa chute, l’allocation au sucre pour la canne brésilienne pourrait remonter, et mettre en danger le déficit sucrier attendu. La situation sera tout particulièrement à suivre en avril, lors de l’ouverture de la campagne brésilienne, et les effets de la réunion de l’OPEP, en ce début décembre à Vienne, sont donc à suivre…

Cela explique peut-être la vision négative des spéculateurs, qui sont à nouveau nets-vendeurs de quelques 2,7Mt.Les monnaies ont aussi été chahutées sur le mois, avec un Réal qui a perdu 3%face au dollar et une roupie indienne qui en a gagné 3%. Du coup, si le sucre a été plutôt stable pour les américains et les européens, il a progressé pour les Brésiliens et il a chuté pour les Indiens… !

Du côté européen, la Commission européenne ne diffuse toujours pas de prix officiel depuis septembre, soit avant le début de la nouvelle campagne… Les données spots sont, elles, plutôt sur une tendance haussière, avec un prix sortie sucrerie autour de 350 €/t,soit, si on l’y applique la conversion en vigueur sous les quota, une betterave à 22,75€/t hors pulpe, quand cette dernière est estimé autour de 1,9€/t. Mais le bilan européen s’annonce chaque semaine plus tendu : l’Allemagne vient de voir son estimation de rendement à la baisse. On est donc en droit d’attendre un hausse…