Accueil / Communiqués de Presse / Démarrage de la campagne betteravière : première année sans quota sucre !

Démarrage de la campagne betteravière : première année sans quota sucre !

Paris, le 11 septembre 2017 – La campagne betteravière démarre et les planteurs sont à pied d’œuvre pour arracher les betteraves au champ ; Voici un point sur les premières tendances et estimations pour cette toute première récolte sans quota sucre. 

Du côté du champ : 480.000 ha de betteraves soit une augmentation de 20% des surfaces

Les semis, terminés au début du mois d’avril se sont passés dans l’ensemble dans de bonne conditions. Depuis la météo n’a pas été exceptionnelle (peu de pluie, températures en-dessous des normales de saison, ensoleillement dans la moyenne), mais a permis un développement correct des betteraves.

Les premiers prélèvements réalisés par les Syndicats Betteraviers nous donnent un aperçu de cette campagne à venir :

  • Le rendement à 16°S est estimé à 91,8 tonnes par hectare de betterave (t/ha), en hausse de 4,5 t/ha par rapport à la moyenne 5 ans, mais meilleur que l’an dernier (85 t/ ha). Cependant, en comparant les valeurs des 10 dernières années, le rendement est en stagnation. Le tonnage à 16° est supérieur à la moyenne quinquennale. Toutefois, si les estimations se confirment, il ne s’agirait alors que de la troisième meilleure campagne, derrière les années 2009 et  2011.
  • Le rendement en sucre par hectare est estimé par nos experts à 14,4 tonnes de sucre acheté/ha. Cela représente une hausse de 0,8 t/ha par rapport à la moyenne 5 ans.

Ces premières estimations des données de campagnes permettent donc d’être assez optimistes. Toutefois il est important de préciser que des disparités importantes entre régions sont à prévoir.

Du côté de l’industrie : allonger les durées de campagne

Avec la fin des quotas sucre, les surfaces de betteraves ont augmenté de 20% en France cette année. Les usines ont par conséquent prévu de commencer à travailler les betteraves plus tôt que les années précédentes. Elles vont donc devoir fonctionner plus longtemps afin de traiter ces betteraves supplémentaires.  La date d’ouverture moyenne des centres de réception de betteraves des usines est ainsi prévue au 11 septembre. Toutefois, la CGB souhaite rappeler qu’une ouverture trop précoce des usines est pénalisante pour le rendement betteravier. Les calculs réalisés par nos experts montrent en effet que des arrachages début septembre conduisent à une perte de rendement de 30% et des arrachages début octobre à une perte de rendement de 10%.

D’autant plus que cela arrive dans un contexte économique déprimé, puisque le marché mondial du sucre montre de gros signes de faiblesses depuis le printemps dernier, avec un cours proche des  13 cts/lb.

1er octobre 2017 : la fin des quotas sucre

Depuis 50 ans, un prix minimum garanti d’achat de la betterave et une production sous quota assuraient l’agriculteur d’une grande stabilité de son revenu. A partir du 1er octobre 2017, la fin des quotas sucre est actée, et la filière, même si elle se prépare à cette échéance depuis de nombreuses années, va devoir faire face à une plus grande volatilité des prix et à une plus forte concurrence.  Ce changement est source d’opportunités mais aussi de risques. Si la France pourra dorénavant exporter du sucre sur un marché mondial sans limite, il est impératif qu’elle soit compétitive.

Si les acteurs de la filière se sont préparés de longue date à cette échéance de la fin des quotas (économie circulaire, maitrise énergétique, baisse des intrants, optimisation logistique…), il est nécessaire que les pouvoirs publics accompagnent cette dynamique d’innovation et de compétitivité.

L’enjeu est de taille si la France souhaite sauvegarder une filière de référence, et son statut de premier producteur mondial de sucre de betterave.

A l’aube de ce changement majeur, Eric Lainé Président de la CGB a déclaré « Dans cette nouvelle ère, la CGB et ses syndicats continueront d’être aux côtés des planteurs de betteraves, que ce soit pour apporter des réponses à leurs interrogations, dans les discussions avec les industriels ou le développement de nouveaux services appropriés à ce changement de paradigme, et ce toujours dans un même et unique but : défendre leurs revenus et maintenir la culture de la betterave à son plus haut niveau de performance. »

Rappel

La Betterave, une culture performante et durable

Au cours des dernières décennies, la culture de la betterave a bénéficié des progrès en matière d’agronomie et de génétique et elle a su s’appuyer sur les grandes compétences des planteurs et des industriels. Ainsi, en 50 ans, les rendements betteraviers ont quasiment doublé, passant de 40 à 90 tonnes de betteraves à l’hectare, avec une forte diminution des intrants (-30% de produits phytosanitaires en 20 ans), ce qui correspond à une progression de 7 à 14 tonnes de sucre à l’hectare. Pour en savoir plus, consultez la brochure Betterave & Environnement

Chiffres clés récolte 2016

Il y a en France 26 000 planteurs qui ont produit, lors de la récolte 2016, 34 millions de tonnes de betteraves sur 400.000 ha. 25 sucreries et sucreries-distilleries ont ainsi été approvisionnées en France transformant la betterave en 4,5 millions de tonnes de sucre et 9 millions hl d’alcool de betterave dont 4,5 m hl d’éthanol carburant. La surface moyenne de betteraves par exploitation est de l’ordre de 16 ha.

 

–  Téléchargez le Communiqué de presse au format PDF –