Accueil / Communiqués de Presse / ERIC LAINE, réélu Président de la CGB

ERIC LAINE, réélu Président de la CGB

La filière betteravière prête à relever le défi de l’après quotas

Eric Lainé a été réélu, le 22 janvier 2015, Président de la Confédération Générale des planteurs de Betteraves (CGB) par le Conseil d’administration. Président de la CGB depuis décembre 2007, il est agriculteur dans la Marne, à Saint-Memmie.
Les membres qui constituent le Bureau de la CGB sont :
Jean-Pierre Dubray, Vice-président et agriculteur dans le Val d’Oise, à Boissy L’Aillerie
Gilles Bollé, Trésorier et agriculteur dans l’Oise, à Cambronne les Clermont
Antoine Declercq, agriculteur en Seine Maritime, à Heugleville sur Scie
Dominique Fievez, agriculteur dans la Somme, à Fontaine-sous-Montdidier
Guillaume Gandon, agriculteur dans l’Aisne, à Chery-les-Pouilly
Jean-Philippe Garnot, agriculteur en Seine et Marne, à Courpalay
Xavier Laude, agriculteur dans le Nord Pas-de-Calais à Sailly lez Cambrai
Bertrand Magnien, agriculteur dans l’Aisne à Allemant
Alexandre Pelé, agriculteur dans l’Essonne, à Congerville-Thionville
Alexandre Quillet, agriculteur dans l’Eure, à Gamaches-en-Vexin
Franck Sander, agriculteur en Alsace, à Ohlungen
Géry Walckenaer, agriculteur dans l’Aube à Ferreux Quincey
A cette occasion, Eric Lainé a assuré le Conseil d’Administration de sa détermination pour conduire au mieux les intérêts de la filière betteravière dans cette période clé.

En effet, la filière betterave-sucre fait face à de nombreux enjeux car elle se prépare en particulier à la suppression des quotas sucre à partir de 2017.

La CGB accueille d’ailleurs favorablement la mise en place de la Mission ministérielle annoncée par Stéphane Le Foll, à l’assemblée générale de la CGB le 9 décembre 2014 et lancée officiellement le  16 janvier dernier.

Cette mission a pour but d’accompagner la filière sucrière et de réfléchir aux perspectives et ambitions du secteur après la fin des quotas. Elle doit évaluer les forces et faiblesses de la filière betterave-sucre française et proposer des leviers d’actions visant à accompagner la fin des quotas européens, en concertation avec les acteurs concernés.

Eric Lainé a tenu à déclarer « Notre ministère de tutelle perçoit bien les enjeux liés à ces changements. Il convient à cette occasion de maintenir, voire développer, le leadership européen de la production française de sucre et d’éthanol et de reconquérir des parts de marché significatives sur le marché mondial du sucre. Ainsi, notre filière contribuera encore plus significativement à l’excédent commercial agroalimentaire français ».