Accueil / Actualité / Initiative parlementaire contre la fermeture des usines d’Eppeville et de Cagny par le groupe Südzucker – La CGB se félicite de la mobilisation des élus nationaux et locaux pour assurer le maintien d’une industrie sucrière dans nos territoires

Initiative parlementaire contre la fermeture des usines d’Eppeville et de Cagny par le groupe Südzucker – La CGB se félicite de la mobilisation des élus nationaux et locaux pour assurer le maintien d’une industrie sucrière dans nos territoires

Paris, le 4 juin 2019 – A la suite d’une réunion transpartisane le 28 mai dernier des parlementaires mobilisés contre la fermeture des usines d’Eppeville (Somme) et de Cagny (Calvados), la représentation nationale ainsi que les présidents des régions Normandie et Hauts-de-France ont décidé d’accentuer la pression sur le Gouvernement afin que celui-ci s’engage de tout son poids pour que de véritables négociations aient lieu avec le groupe allemand Südzucker.

Un courrier (cliquer ici pour le lire), cosigné par plus de 20 députés rassemblant l’ensemble des groupes politiques de la majorité comme de l’opposition, ainsi que Xavier BERTRAND, président de la région des Hauts-de-France et Hervé MORIN, président de la région Normandie, a ainsi été envoyé au Premier ministre Edouard PHILIPPE dans le but d’obtenir son entière mobilisation sur ce dossier.

La CGB se félicite d’une telle démarche visant à mobiliser l’ensemble du Gouvernement, du Ministère de l’Economie et des Finances jusqu’au Ministère du Travail en passant par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, à mettre en œuvre sans délai tous moyens permettant de lever les réticences à la reprise des sites, dans un esprit de coopération franco-allemande et de préservation de l’industrie européenne.

Avec ce courrier, les élus ont particulièrement souhaité rappeler qu’« au regard des enjeux pour nos territoires, les agriculteurs, les entreprises locales et les salariés, nous ne pouvons accepter la fermeture aveugle et unilatérale de deux sites économiquement viables en total contournement de la loi Florange. »

En mobilisant les élus de tous bords, les régions Hauts-de-France et Normandie et le Gouvernement, la CGB continue de se battre pour que les deux sucreries maintiennent demain leur activité avec tous les producteurs de betteraves.