Accueil / Cours du sucre / Juillet : remontée des cours… avant une baisse à nouveau

Juillet : remontée des cours… avant une baisse à nouveau

Le sucre roux a gagné un petit 2% en juillet, avant de plonger, le 16 août, sous les 13cts/lb, soit son niveau de fin juin. L’embellie a été de courte durée, mais a néanmoins permis d’approcher les 15cts/lb le 31 juillet… ! Depuis, la reprise est légère et, le marché se rapproche des 13,5cts/lb.

Un marché fébrile donc, sur fond de demande atone.

Concernant le sucre blanc, la chute des cours de mi-juillet correspond à la date de changement de terme, et est violente. La ‘prime de blanc’, c’est-à-dire le différentiel entre le prix du sucre raffiné et du sucre brut, s’est effondrée et affiche désormais un petit 75US$, avec un sucre blanc autour des 370US$/t (315€/t).

La chute des cours est à mettre en lien avec l’ouverture de la campagne européenne, qui verra davantage de sucre blanc sur le marché mondial (d’où la chute de prime de blanc). Certes les rendements s’annoncent bons, mais le volume disponible à l’export ne devrait pas dépasser les 3-3,5Mt. La hausse de la production européenne (+15% de surface par rapport à la campagne 2016/2017) contribue au retour à un surplus mondial sur la campagne 2017/2018, évalué autour des 4 à 5Mt. L’ISO, dans sa première estimation pour la campagne 2017/2018 le 18 août, vient de le confirmer.

Un autre élément ayant joué sur la baisse du marché est la publication, fin juillet, du point d’étape de la campagne brésilienne, qui montre que la production, conforme aux prévisions, est plutôt en avance.

Un espoir serait que le Brésil augmente sa production d’éthanol au détriment du sucre :

• D’une part, la reprise du Real (3,15Real/US$ désormais) accentue la baisse du prix du sucre libellé en Real (-2%).

• Et, d’autre part, le gouvernement brésilien a modifié, fin juillet, le différentiel de taxation entre l’éthanol et l’essence ce qui a redonné des couleurs à l’éthanol domestique (+6% sur le seul mois de juillet).

Dès lors, plusieurs analystes estiment que la fin de campagne brésilienne pourrait voir une allocation de la canne à l’éthanol en progression. On peut espérer que, en limitant la canne disponible pour le sucre, sa production sucrière se réduise dans les semaines à venir…

Quant au marché européen, il est totalement atone, dans l’attente de l’ouverture de la prochaine campagne.