Accueil / Actualité / Les betteraviers ont alerté le Ministre de l’agriculture sur la crise dans le secteur betterave-sucre et ont appelé à un soutien fort de sa part

Les betteraviers ont alerté le Ministre de l’agriculture sur la crise dans le secteur betterave-sucre et ont appelé à un soutien fort de sa part

Franck Sander, nouveau Président de la CGB, a rencontré Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture,pour exposer les difficultés actuelles de la filière et identifier les pistes de solutions pour sortir de cette crise. La CGB remercie le Ministre de son écoute et appelle des réponses rapides et concrètes pour faire face à cette crise qui secoue l’ensemble de la filière.

Les dossiers abordés ont été nombreux.

La contractualisation

La CGB a expliqué le besoin incontournable de rénover la contractualisation betteravière pour qu’elle donne une visibilité sur les prix aux planteurs en amont des semis pour pouvoir s’adapter à la volatilité des prix. En outre, le Ministre a soutenu la démarche entreprise par la CGB pour la mise en place d’organisations de producteurs (OP) pour suppléer aux lacunes des Commissions de Répartition de la Valeur existantes et redonner voie au chapitre aux agriculteurs dans le cadre des négociations commerciales.

La gestion des risques

Le sujet de la gestion des risques a également été abordé. La CGB a exprimé son besoin d’avoir des outils qui puissent amortir les crises les plus dures telles que celle que l’on connait actuellement. La CGB a insisté sur le fait que l’instrument de stabilisation des revenus sectoriels (ISR) mérite à ce titre d’être expérimenté.

L’utilisation des produits de protection des plantes

la CGB a fait part de ses inquiétudes quant à l’interdiction des néonicotinoïdes et celles menaçant plusieurs produits essentiels  ’itinéraire cultural betteravier. Tout comme elle a alerté le ministre sur le besoin de solutions face à plusieurs problématiques sanitaires telle que la cercosporiose. Elle a appelé à remettre la science au cœur des décisions, de donner du temps et des outils aux betteraviers pour trouver des alternatives afin de garantir la pérennité de la filière.

Protéger nos productions

Enfin, la CGB a rappelé le besoin d’éviter les distorsions de concurrence,  d’être plus vigilant à l’OMC vis-à-vis des pratiques de nos concurrents, de protéger les intérêts stratégiques français dans le cadre du Brexit ou encore vis-à-vis des importations d’éthanol américain.

A l’issue du rendez-vous, Franck Sander, Président de la CGB, a déclaré « Le Ministre a affirmé être là en partenaire pour défendre les intérêts de l’agriculture française. Il a offert une écoute attentive à nos enjeux et proposé qu’un dialogue constructif soit restauré pour accompagner la filière. Si la CGB et le reste de la filière sont à l’œuvre pour passer au mieux ce cap difficile, elle n’en attend pas moins du ministère une attention plus particulière qui devra se matérialiser dès les prochaines réunions, à plus haut niveau, organisées par la Commission européenne sur la crise dans le secteur betteravier européen ».