Accueil / Actualité / Lettre ouverte des planteurs de betteraves de CAGNY au Premier Ministre, au Ministre de l’Economie, au Ministre de l’Agriculture et à l’ensemble du gouvernement

Lettre ouverte des planteurs de betteraves de CAGNY au Premier Ministre, au Ministre de l’Economie, au Ministre de l’Agriculture et à l’ensemble du gouvernement

Le groupe Südzucker, maison mère de Saint Louis Sucre a annoncé en février dernier la fermeture des sucreries de Cagny (Calvados) et d’Eppeville (Somme) en 2020.

Depuis lors, parlementaires, élus régionaux et locaux, salariés et betteraviers se sont mobilisés pour sauvegarder ces sites industriels essentiels à la vitalité économique de nos régions.

Un solide plan de reprise a été bâti à l’initiative de la Confédération Générale des planteurs de betteraves (CGB). Il a été présenté en détail aux Ministères de l’Agriculture et de l’Economie et a permis de transmettre au groupe allemand une offre d’achat de 30 M€ pour les deux sucreries, dont celle de Cagny. Notre Ministre de l’Agriculture a montré tout son soutien aux planteurs et aux salariés de Cagny lors de sa visite sur place fin mars 2019.

Le groupe Südzucker persiste dans une communication défavorable à notre projet et a fait savoir à plusieurs reprises par communiqué de presse son intention de ne pas vendre ces sites, revenant ainsi sur son engagement d’étudier précisément les termes de l’offre.

Au regard des enjeux pour nos territoires, agriculteurs, entreprises locales et salariés, nous ne pouvons accepter la fermeture aveugle et unilatérale de deux sites économiquement viables et ce, en contournement de la loi Florange.

Aussi, au regard du calendrier contraint, nous vous sollicitons afin de mettre en oeuvre sans délai tous moyens facilitant les discussions avec Südzucker pour la reprise et la poursuite d’activité des sites, dans un esprit de coopération franco-allemande et de préservation de l’industrie française et européenne.

Afin de pouvoir ouvrir une négociation avec le groupe Südzucker, nous sommes en droit d’attendre un soutien politique fort et qui s’inscrit dans une volonté de trouver une alternative à des fermetures d’usines, à des suppressions d’emplois et à des impacts terribles pour des territoires ruraux.

Nous ne pourrions comprendre que, dans un esprit de construction franco-allemande au sein de l’Union Européenne notre 1er ministre ainsi que notre ministre de l’économie ancien ministre de l’agriculture, ne fassent pas le maximum pour favoriser le plan de reprise des sucreries par les planteurs de betteraves. Nous ne pourrions comprendre qu’il n’y ait pas d’intervention au plus haut niveau du gouvernement et de l’Etat pour préserver l’agriculture et l’industrie sucrière française.

Cet appui politique nous est indispensable et déterminant dans la prise de décision des dirigeants allemands. Aussi, nous vous demandons, Monsieur le Premier Ministre, de bien vouloir porter le message de notre plan de reprise au plus haut niveau, d’interférer en notre faveur pour déclencher une véritable ouverture des négociations et trouver une issue favorable, sans dommages pour nos territoires, sans dommage pour nos relations franco-allemandes.

Convaincus de votre soutien, nous comptons sur votre plein investissement.

LES PLANTEURS DE BETTERAVES DE LA SUCRERIE DE CAGNY