Accueil / Edito / L’importance du choix

L’importance du choix

La semence porte en elle la promesse de notre future  recette betteravière. Aujourd’hui, les sélectionneurs proposent une gamme étendue qui vise à répondre aux principaux problèmes que nous rencontrons : forte rhizomanie, nématodes, rhizoctones, cercosporiose, conservation, etc. Le choix doit se raisonner individuellement en fonction du terroir et des risques auxquels nous sommes exposés. Consultez attentivement les 6 pages réalisées par l’ITB. Cette expertise vous permettra d’effectuer des choix éclairés et objectifs.

Notre institut technique, organisme interprofessionnel piloté par les représentants des planteurs et des fabricants, prend en compte l’intérêt de la  filière dans son ensemble, en présentant notamment la productivité de chaque variété.

Les pages réalisées par l’ITB permettent d’effectuer des choix éclairés et objectifs

Aussi, j’invite chaque planteur à panacher les différentes familles génétiques, car c’est de la diversité génétique qu’émergeront les futures découvertes. Les six semenciers qui sélectionnent encore la betterave apportent chacun des solutions innovantes qui intéressent notre filière. Se couper de cette diversité génétique reviendrait sans doute à hypothéquer l’avenir.

La semence est un produit coûteux. Beaucoup d’entre nous pensent même qu’elle est aujourd’hui trop chère, alors que les prix de nos betteraves sont soumis aux caprices des cours mondiaux du sucre. Je demande donc aux semenciers de bien prendre en compte ce nouveau paradigme. Nous ne pourrons pas voir nos charges grimper d’année en année si nous voulons rester compétitifs.
La diminution de la dose de semis, telle que conseillée par l’ITB quand c’est encore possible, et la baisse du prix unitaire de nos semences sont ainsi deux leviers de réduction de nos coûts.

Aujourd’hui nos semences sont encore protégées par les néonicotinoïdes. Mais pour combien de temps ? Espérons que 2018 ne soit pas la dernière année semée avec cette protection ; autrement, la productivité de la betterave et du sucre français serait fortement compromise à un moment où il faut faire face à la concurrence internationale. Je le redis aux responsables politiques : il n’y a pas, aujourd’hui, de solutions alternatives aussi performantes, sur le plan économique et environnemental, que les traitements de semences à base de néonicotinoïdes.