Accueil / Actualité / Nomination de Didier Guillaume, Ministre de l’agriculture et de l’alimentation : la CGB compte sur son nouveau Ministre pour que l’Etat retrouve une ambition pour sa filière betterave-sucre-éthanol en situation de crise

Nomination de Didier Guillaume, Ministre de l’agriculture et de l’alimentation : la CGB compte sur son nouveau Ministre pour que l’Etat retrouve une ambition pour sa filière betterave-sucre-éthanol en situation de crise

Télécharger le CP en version PDF

Paris, le 17 octobre 2018 – La Confédération Générale des planteurs de Betteraves (CGB), seul syndicat représentant les planteurs de betteraves, salue la nomination de Didier Guillaume au poste de Ministre de l’agriculture et de l’alimentation. Elle espère cependant obtenir rapidement une rencontre avec le nouveau ministre, contrairement à son prédécesseur dont la porte est restée close près de 18 mois !    

Fin des quotas, effondrement des cours du sucre, subventions distorsives dans d’autres filières sucrières, baisse des prix de betteraves, rendements durement dégradés par la sécheresse et les maladies, non-respect des engagements de certains sucriers, impasses techniques du seul fait réglementaire, menace du Brexit, importations d’huile de palme en concurrence avec l’éthanol, dénigrement du sucre… le choc est sévère et le gouvernement se doit d’épauler cette filière s’il veut maintenir notre pays à la place de premier producteur mondial de sucre et de bioéthanol de betterave.

« La betterave est une culture essentielle dans nos exploitations tant au niveau agronomique qu’économique. Sa transformation en sucre, éthanol et pulpes dans le cadre de meilleures pratiques existantes crée de la valeur, de l’emploi dans nos territoires et participe à hauteur de plus d’un milliard d’euros à la balance commerciale française. Mais aujourd’hui, les betteraviers sont inquiets de l’absence de soutien des autorités publiques après avoir été abandonnés dans le cadre de la loi EGA pour améliorer les pratiques contractuelles, subi une interdiction aveugle des néonicotinoïdes pour protéger les abeilles (alors que la betterave ne fait pas de fleur !), regretté le manque de soutien sur une fiscalité sucre et éthanol qui vient encore fragiliser la valorisation de produits reconnus pour leur qualité. Nous sommes prêts à engager ce dialogue et à être force de propositions sur ces sujets. La CGB attend du Ministre un engagement fort sur un certain nombre de dossiers importants pour la filière. » indique Eric Lainé, Président de la CGB.

Les dossiers sur la table sont actuellement nombreux : protection des betteraves contre la jaunisse virale suite à l’interdiction des néonicotinoïdes, limitation de la sur-transposition des normes, contractualisation et indicateurs, soutien aux biocarburants issus de résidus de betteraves dans le cadre du projet de loi de Finances, déploiement d’outils de gestion des risques efficaces (épargne de précaution, assurance récolte à 20 %, instrument de stabilisation des revenus), défense d’un budget PAC ambitieux et lutte contre les distorsions de concurrence dans les autres pays européens et non européens.

Après de trop longs mois d’absence du Ministre de l’Agriculture vis-à-vis de notre filière, la CGB attend rapidement des signes forts sur ces dossiers importants pour la réussite de la filière betterave-sucre.

Rappel
——————————————————————————————————————-

Il y a en France 26000 planteurs qui ont produit, lors de la récolte 2018, plus de 44 millions de tonnes de betteraves sur 485000 ha. 25 sucreries et sucreries-distilleries ont ainsi été approvisionnées en France transformant la betterave en 6 millions de tonnes de sucre et 9 millions hl d’éthanol carburant.