Accueil / Actualité / Nomination de Julien Denormandie au poste de Ministre de l’agriculture et de l’alimentation : LA CGB APPELLE LE NOUVEAU MINISTRE À UNE MOBILISATION FORTE ET IMMÉDIATE FACE À LA JAUNISSE SUR BETTERAVES

Nomination de Julien Denormandie au poste de Ministre de l’agriculture et de l’alimentation : LA CGB APPELLE LE NOUVEAU MINISTRE À UNE MOBILISATION FORTE ET IMMÉDIATE FACE À LA JAUNISSE SUR BETTERAVES

La Confédération Générale des planteurs de Betteraves (CGB) salue la nomination de Julien Denormandie au poste de Ministre de l’agriculture et de l’alimentation. Elle l’informe toutefois que la filière betterave-sucre bioénergie française est confrontée à une crise sanitaire sans précédent liée au virus de la jaunisse : la CGB estime qu’à date les pertes de rendements vont se chiffrer à 100 millions d’euros minimum pour les betteraviers, avec plus de 1 000 euros de pertes à l’hectare dans les cas les plus alarmants. Au-delà, la CGB alerte sur des bassins de production entiers en souffrance, une industrie et des emplois menacés. De toute urgence, la CGB appelle le Ministre à une mobilisation forte et immédiate pour accompagner la filière dans la mise en œuvre de solutions techniques et financières.

Au fil des semaines, la plaine betteravière jaunit et les inquiétudes se confirment : les betteraviers français sont confrontés à une impasse technique pour protéger leurs betteraves des attaques de pucerons, vecteurs de la jaunisse virale. Il en résulte des situations individuelles dramatiques malgré le recours à plusieurs traitements insecticides en pulvérisation. Cette situation apparait comme un non-sens économique et environnemental.

Deux mois avant la récolte, les premières prévisions de rendements en France sont déjà inférieures à 80 tonnes à 16° S par hectare, niveau le plus bas depuis plus de 15 ans (contre 87 tonnes/ha pour la moyenne 5 ans) et pourraient encore se dégrader. Dans les régions les plus touchées (Centre-Val de Loire, Ile-de-France à ce jour), les pertes de récoltes atteignent déjà 30% et seront les plus élevées de mémoire de betteravier. Au-delà de la récolte en cours, cette situation décourage les betteraviers et pourrait entrainer une baisse drastique des surfaces pour les semis 2021 si aucune réponse n’est apportée. C’est un drame pour les agriculteurs, pour la filière, pour les territoires concernés, et pour la souveraineté alimentaire française.

Le Président de la CGB, Franck Sander, a déclaré à cette occasion « Le Ministre de l’agriculture nouvellement nommé doit immédiatement prendre la mesure de cette crise qui est de nature à saper les fondamentaux d’une filière qui a fait preuve de responsabilité pour nourrir les Français et fournir des alcools désinfectants (pour gel hydroalcoolique) pendant la crise, et les approvisionner en biocarburant renouvelable dès la reprise d’activité. Il nous faut de toute urgence identifier des solutions financières pour soutenir les agriculteurs les plus touchés et surtout donner les moyens techniques aux agriculteurs de protéger leurs betteraves contre les ravages mortifères de ce virus. Attaché à éviter toute impasse technique en agriculture, le Président de la République a aussi annoncé sa volonté de ne laisser personne au bord du chemin dans la reconstruction du pays. Ne laissons pas au bord du chemin les betteraviers et la filière sucrière française ».