Accueil / Cours du sucre / Novembre : le sucre roux touche presque les 15,5cts/lb

Novembre : le sucre roux touche presque les 15,5cts/lb

Depuis 15 jours, le sucre oscille autour de 15cts/lb, après avoir côtoyé pendant 5 mois les 14cts/lb.  Un pic autour des 15,5cts/lb s’est même fait sentir à la fin novembre, avant une nouvelle baisse dans  les premiers jours de décembre. Sur le mois, le gain est d’un petit 2%, soit identique au mois précédent. Le sucre blanc suit la tendance, avec une prime de blanc réduite (60US$/t) mais stable. La première échéance (mars) s’oriente vers les 390US$/t quand celle d’octobre 2018 reste autour de 400US$/t : la reprise de l’euro empêche ce dernier d’afficher un niveau supérieur à 340€/t.

Le grand changement du mois vient du côté des spéculateurs. Ces derniers, nets-vendeurs depuis mai dernier, et à des niveaux qui ont même dépassé les 6,5Mt en août, semblent revoir totalement leurs prévisions de marché. Les dernières statistiques les concernant, datent de fin novembre (quand le sucre était proche des 15,5cts/lb) : ils avaient alors une position nette à l’achat – très légère, certes, mais encourageante. Les prochaines statistiques disponibles permettront de vérifier s’ils confirment que ces derniers pourraient désormais avoir une vision haussière du marché.

On sent donc un léger frémissement, mais sur un marché qui se cherche. Il faut dire que les nouvelles sont contradictoires :

  • Du côté des éléments haussiers, le nouvel accord de l’OPEP, la semaine dernière, pourrait être en mesure de tenir les prix du pétrole, ce qui encouragerait l’éthanol brésilien. Et donc limiter le surplus sucrier mondial. D’autant que le congrès du pays vient de voter pour la mise en place du plan Renovabio, dont l’ambition est de doubler la consommation d’éthanol  carburant dans le pays ! Parmi ces éléments haussiers, notons également la piètre campagne australienne actuelle.
  • Mais du côté des éléments baissiers, l’ISO vient de confirmer son estimation de surplus mondial, pour la campagne en cours (2017/18) autour de 5Mt (contre un déficit de 3,1Mt la campagne précédente), et estime que la campagne suivante (celle qui commencera en septembre 2018) devrait afficher un nouveau surplus. Seul signe positif : ce dernier serait presque deux fois inférieur à l’actuel. L’Inde, et la Thaïlande, devraient en effet renouer avec  des productions conséquentes, et combler les baisses de production annoncées au Brésil. Notons que ces éléments sont déjà, pour beaucoup, intégrés dans le marché.

Du côté européen, c’est en revanche le calme plat. Selon Kingsman, le marché spot se maintient en effet, depuis le début de la campagne, autour de 350€/t sortie sucreries françaises. Et les autorités européennes ne disposent toujours pas de chiffres officiels pour la campagne actuelle, qui a pourtant commencé il y a maintenant deux mois !