Accueil / Actualité / Octobre : une entrée en campagne sous le signe de la reprise

Octobre : une entrée en campagne sous le signe de la reprise

Fin septembre, l’humeur était au plus bas sur les marchés : les annonces d’aides publiques indiennes avaient conduit le sucre roux sous les 10 cts/lb, du jamais-vu depuis 10 ans. Et à la fin d’octobre, nous voici autour de 13,5 cts/lb : quelle progression !

En un mois, le marché s’est totalement retourné. Après les effets d’annonces de septembre, les fondamentaux sont revenus à l’ordre du jour à l’ouverture de la campagne 2018-2019, et parmi eux :

  • L’Inde, qui fait décidemment bien parler d’elle, ne devrait pas reproduire l’exploit de l’an passé : le pays, qui ouvre sa campagne actuellement, n’aura pas un climat aussi propice que l’année dernière, et ne devrait pas atteindre 35 Mt (c’est déjà 2,5 Mt de moins que l’an passé). La Thaïlande, également, ne devrait finalement pas atteindre 15 Mt.
  • Les rendements européens, très mauvais, ne devrait pas permettre à l’Europe d’exporter beaucoup davantage que sous les quotas.
  • Et enfin le Brésil, qui termine sa campagne bien plus tôt qu’à l’ordinaire, continue à allouer un maximum à l’éthanol : plus de 63 % de la canne, depuis avril dernier, aura servi à faire de l’éthanol : un record !

Dans ces conditions, les analystes revoient, les uns après les autres, leurs estimations de surplus mondiaux – et certains tablent même désormais pour un déficit sur la campagne en cours !

Les spéculateurs semblent les écouter, et revoient leurs positions à un rythme rarement vu : de vendeurs-nets de quelques 7,5 Mt fin septembre, ils deviennent acheteur net ! Et la monnaie brésilienne, boostée par l’élection du candidat considéré comme étant pro-business, gagne presque 10 % sur le mois.

Beaucoup estiment désormais que le pire est derrière nous. Le marché bute désormais sur les 14 cts/lb, et il faudrait davantage de nouvelles des fondamentaux pour poursuivre la hausse – on voit en tout cas mal pourquoi une baisse reviendrait.

Le sucre blanc peine à suivre le rythme, et conserve un gain potentiel. En Europe en tout cas, l’influence commence à poindre : le marché spot, pour la zone Europe de l’Ouest, est autour de 365 €/t (rendu utilisateur) : c’est 15 % de plus que depuis l’ouverture de notre campagne 2018-2019, et de quoi rémunérer la betterave sur les règles de partage sous quota, autour de 21-22 €/t hors pulpe… Espérons que ce ne soit que le début !