Accueil / Actualité / « Opération sucre » exceptionnelle afin d’aider les apiculteurs

« Opération sucre » exceptionnelle afin d’aider les apiculteurs

Comme toutes les filières agricoles, les apiculteurs doivent faire face aux aléas climatiques. 2013, fut une année noire pour la filière avec des conditions météorologiques dévastatrices pour les producteurs.

Comme toutes les filières agricoles, les apiculteurs doivent faire face aux aléas climatiques. 2013, fut une année noire pour la filière avec des conditions météorologiques dévastatrices pour les producteurs.

Ces conditions ont mis ainsi en péril les récoltes et leurs exploitations. Une « opération sucre exceptionnelle » a été mise en place avec la participation de la CGB.

Alors que cela fait plusieurs années que les apiculteurs ont vu la production de miel se réduire, ils se sont retrouvés confrontés en 2013 à un hiver froid et pluvieux, qui a eu des conséquences négatives sur la récolte de miel, miel de moyenne qualité et en quantité réduite. Les apiculteurs ont donc dû supporter des coûts de production en hausse, liés en partie aux dépenses engagées pour le « nourrissement » des ruches, complément alimentaire composé de sucre. Ce complément alimentaire vient soutenir l’alimentation de base des abeilles, le pollen.

Afin de les aider à franchir cette nouvelle difficulté, la section apicole de la FNSEA, avec la participation de ses partenaires, et de la CGB, a notamment mis en place une « opération sucre » exceptionnelle. Cette opération consistait à proposer aux apiculteurs du sucre à prix réduit pour fabriquer le « nourrissement » et assurer la survie de leurs colonies cet hiver. C’est avec l’aide des industriels du sucre de betteraves, que 200 apiculteurs ont pu récupérer leurs commandes de sucre auprès des 6 points de livraisons définis, répartis sur l’ensemble du territoire.

De l’avis général, cette action de solidarité aura rempli pleinement ses ambitions, à savoir aider les apiculteurs.

Les chiffres clés de l’apiculture en France :

  • 91% des apiculteurs sont des producteurs familiaux (1 à 30 ruches),
  • 5 % sont des pluriactifs (31 à 150 ruches)
  • 4 % sont professionnels (plus de 150 ruches).
  • Les 1 600 apiculteurs professionnels produisent deux tiers du miel français.

La consommation française moyenne est de 40 000 tonnes de miel par an, pour une production de seulement 18 500 tonnes.

Entre 2004 et 2010, la production nationale de miel a diminué de 28 %.