Accueil / Actualité / Projet de fermeture de deux sucreries chez Cristal Union : La CGB appelle à ce que Cristal Union ne laisse aucun agriculteur sur le bord de la route et garde une ambition forte pour tous ses territoires betteraviers

Projet de fermeture de deux sucreries chez Cristal Union : La CGB appelle à ce que Cristal Union ne laisse aucun agriculteur sur le bord de la route et garde une ambition forte pour tous ses territoires betteraviers

La coopérative Cristal Union vient d’annoncer son projet de fermeture des sucreries de Toury (28) et de Bourdon (63). Elle annonce également l’arrêt d’une partie de la chaine de conditionnement de la sucrerie d’Erstein (Alsace) à partir de la campagne 2020-2021. La CGB regrette que la coopérative ait été conduite à prendre, dès la première crise post quota, une décision qui ampute le potentiel français de production de sucre et risque de faire disparaitre en Limagne, un des plus anciens bassins betteraviers français. La CGB demande à ce que tout soit mis en œuvre pour conserver tous les betteraviers dans le sud de Paris et à ce que le projet de restructuration à Bourdon soit conduit en toute transparence avec les agriculteurs concernés pour leur donner les moyens de reconstruire un projet agricole local.

Toury : les plus hauts rendements de France
Fondée en 1874 et ayant intégré le groupe Cristal Union en 2012, la sucrerie de Toury détient le record français en termes de rendements (116 tonnes de betteraves à 16°/ha) sur les 10 000 hectares cultivés par 630 agriculteurs. Si la fermeture de cette sucrerie d’une capacité de production de plus de 150 000 tonnes de sucre répond à une logique d’optimisation industrielle entre les différentes sucreries régionales, on ne peut pas accepter qu’une usine implantée dans un bassin aussi productif puisse disparaitre. « Au rang des priorités, il s’agira d’être à l’écoute des agriculteurs concernés, de reclasser tous les betteraviers livrant à cette sucrerie, prendre en compte au mieux l’impact des allongements de campagnes pour que la betterave reste un bastion fort dans notre région, sans omettre d’étudier tous projets pour développer la valeur ajoutée dans la région au service des agriculteurs » indique Alexandre Pelé, Président de la CGB Centre-Val de Loire.

Bourdon : la plus ancienne sucrerie de France
Fondée en 1835, la sucrerie de Bourdon est la plus ancienne sucrerie de France. Ayant rejoint le groupe Cristal Union en 2012, cette usine a une capacité de production de 70 000 tonnes de sucre grâce à 423 planteurs cultivant près de 5000 ha. En Limagne, la betterave occupe une place centrale dans la rotation aux côtés des cultures semencières et les éleveurs comptent sur leur approvisionnement en pulpes pour nourrir leurs animaux. « Si nous avons connu plusieurs récoltes difficiles, la betterave est une culture essentielle de nos exploitations tant d’un point de vue économique qu’agronomique. C’est un sentiment de trahison qui nous habite moins de 10 ans après que nous ayons intégré la coopérative. Le principe même de solidarité entre la coopérative et ses associés coopérateurs ainsi qu’entre les territoires est renié par Cristal Union. Car il s’agit potentiellement de la disparition de la betterave de notre bassin près de 200 ans après son introduction. Maintenant, il va s’agir de nous organiser localement pour construire un nouveau projet betteravier. Nous comptons sur Cristal Union pour nous accompagner tant en termes d’informations que de financement » affirme Régis Chaucheprat, Président de la CGB Limagnes.

Erstein : une marque régionale à préserver
Concernant l’arrêt partiel de l’activité de conditionnement d’Erstein, la CGB indique son soutien aux salariés concernés par ce plan de restructuration de Cristal Union. Par ailleurs, la CGB appelle à ce que cet arrêt partiel n’affaiblisse pas le site et n’altère pas la valorisation de la marque Erstein patrimoine essentiel de la filière betterave-sucre alsacienne.

« Au travers d’une décision aussi grave, Cristal Union en tant que coopérative a le devoir d’accompagner ses agriculteurs pour leur permettre de poursuivre la betterave dans les meilleures conditions. Plus globalement, nous appelons au soutien des autorités publiques pour réaffirmer une ambition forte pour la filière betterave-sucre-éthanol française » déclare Franck Sander, Président de la CGB.