Accueil / Cours du sucre / Septembre : un marché mondial bas qui pèse sur le marché européen

Septembre : un marché mondial bas qui pèse sur le marché européen

Le sucre roux est resté relativement stable tout le mois de septembre, autour de 14cts/lb. La prochaine échéance cotée est désormais celle de mars 2018. Le sucre blanc touche son plus bas depuis septembre 2015, sous les 365US$/t en cette fin de mois sur l’échéance de décembre prochain.
La prime de blanc, entre 60 et 70US$ pendant tout le mois, illustre l’attentisme lié à la fin des quotas européens, qui se traduira par une plus grande disponibilité du sucre blanc que du sucre roux sur les marchés mondiaux. Importance qui reste néanmoins à relativiser au regard du volume que représentent les exportations européennes sur les échanges mondiaux. Mais l’effet psychologique est loin d’être anodin.

La révision des bilans mondiaux, par FOLicht, le 25 septembre, n’a pas amélioré la situation. L’excédent mondial est revu très légèrement à la hausse, autour de 5,3Mt de sucre (équivalent roux), contre une estimation précédente autour de 4,9Mt. Une nouvelle fois, cet excédent ne prend pas en compte les éventuels accidents climatiques : par exemple, les effets du cyclone Irma à Cuba ou en Floride ne sont pas encore pris en compte.

Les analystes s’accordent d’ailleurs sur le fait que l’ensemble des facteurs baissiers sont dans le marché, et que les nouvelles à attendre seront désormais de nature haussière. Au premier rang desquelles les annonces d’orientation vers l’éthanol de la canne brésilienne : 52% de la canne brésilienne ont été alloués à l’éthanol la première quinzaine de septembre, contre 50% fin juillet.

Mais il en faudrait davantage pour réorienter le marché. Les spéculateurs, qui avaient commencé à revoir à la baisse leurs positions nettes vendeurs, reviennent dans leurs niveaux précédents, avec plus de 4Mt net vendeurs les derniers jours de septembre…

Ce mouvement lourd du marché mondial pèse sur le marché européen, où les rendements moyens sont annoncés en hausse de 7% par rapport à la moyenne 5 ans. Le marché poursuit donc sa baisse, et on parle désormais de prix départ usine, pour la campagne 2017-2018 sur le territoire européen, plus proche des 380€/t que des 400€/t…