Accueil / Actualité / Tereos : retrouver une gouvernance qui associe tous les betteraviers

Tereos : retrouver une gouvernance qui associe tous les betteraviers

Télécharger le CP en version PDF

La CGB appelle la coopérative Tereos à retrouver des instances de gouvernance qui représentent au mieux les planteurs de toutes les régions betteravières afin d’orienter avec efficacité la coopérative dans un contexte plus difficile de fin des quotas. Cela ne peut en aucun cas passer par la menace d’exclusion de coopérateurs aux opinions divergentes. Les conditions d’écoute et de dialogue doivent être renouvelées pour porter haut un projet coopératif qui valorise la production de 40 % des betteraviers français.

70 conseillers des régions Nord Littoral, du Nord et de la Picardie Ouest ont adressé le 9 juillet dernier leur démission au Président de Tereos. Ces élus représentent les cinq sucreries d’Attin, Lillers, Chevrières, Boiry et Escaudoeuvres et près de la moitié des coopérateurs betteraviers de Tereos et des betteraves transformées par la coopérative en France. Depuis, plusieurs élus démissionnaires ont appris l’inscription de la question de leur exclusion de la coopérative à l’ordre du jour du Conseil de Surveillance.

La CGB demeure engagée au côté des 26000 planteurs de betteraves pour promouvoir le développement de leur activité et assurer la défense de leur revenu dans le cadre d’une filière betterave-sucre-éthanol forte. Toutefois, le syndicat rappelle son devoir de non-ingérence quant aux affaires internes des entreprises sucrières et de neutralité quant à leurs décisions internes de gestion.

Dans la situation actuelle, plusieurs principes fondamentaux doivent néanmoins être rappelés. Nous appelons à un rétablissement rapide d’une représentativité de tous les planteurs de toutes les régions de la coopérative dans les instances de décision et à des conditions de dialogue renouvelées. Cela est essentiel pour porter un projet largement partagé dans sa conception et sa mise en œuvre.

D’une manière générale, la CGB n’acceptera pas que la pluralité des opinions au sein de tous les groupes sucriers soit mise à mal par des menaces d’exclusion. La diversité des opinions dans toutes les structures agricoles doit être entendue et respectée.

La fin des quotas sucriers fait peser une exigence plus forte sur la conduite des exploitations betteravières et des entreprises sucrières. Elle fait également peser une responsabilité renforcée sur les administrateurs des coopératives dans la construction des cadres contractuels entre les entreprises et les agriculteurs.

Le blocage actuel doit ainsi être dépassé pour que les instances représentatives élues puissent assurer sereinement leur rôle décisionnaire en toute clairvoyance et toute liberté, ainsi que dans le cadre d’un projet largement partagé.

Cela est essentiel pour que la coopérative Tereos, entreprise leader de l’agroalimentaire français, continue à valoriser au mieux le potentiel de toutes les régions betteravières où elle est implantée. Cela est plus globalement essentiel pour continuer à bâtir et renforcer une filière betterave-sucre-éthanol française d’excellence.