Choisir l’exclusion plutôt que le dialogue n’est pas une solution !

La CGB déplore que le Conseil de Surveillance de Tereos ait décidé d’exclure trois betteraviers suite à leur prise de position publique plutôt que de mettre en place les conditions d’une conciliation. Au-delà de l’injuste déstabilisation des exploitations concernées, cette décision met en péril les conditions de dialogue et le pluralisme des opinions au sein de la filière.

Lire la suite

Tereos : retrouver une gouvernance qui associe tous les betteraviers

La CGB appelle la coopérative Tereos à retrouver des instances de gouvernance qui représentent au mieux les planteurs de toutes les régions betteravières afin d’orienter avec efficacité la coopérative dans un contexte plus difficile de fin des quotas. Cela ne peut en aucun cas passer par la menace d’exclusion de coopérateurs aux opinions divergentes. Les conditions d’écoute et de dialogue doivent être renouvelées pour porter haut un projet coopératif qui valorise la production de 40 % des betteraviers français.

Lire la suite

Néonicotinoïdes : les agriculteurs dans l’impasse !

La FNSEA, AGPB, AGPM, CGB, FNPF, FOP et Légumes de France, à la lecture du décret publié ce jour concernant le retrait de l’utilisation de cinq substances « néonicotinoïdes », exigent que les dérogations possibles, autorisées par l’Union Européenne, sur certaines filières où les alternatives n’existent pas ou sont très insuffisantes, soient publiées incessamment. Alors que le Président de la République et le gouvernement s’étaient engagés à « ne laisser aucun producteur sans solution », un très grand nombre d’entre eux se retrouvent désormais dans une impasse technique dramatique et ce sans consultation du public obligatoire préalable.

Lire la suite

Le gouvernement annonce sans concertation qu’il n’y aura pas de dérogation pour les néonicotinoïdes utilisés en enrobage de semences de betteraves sucrières

Sans solution face à la jaunisse virale, les betteraviers en appellent au Président de la République Le Président Macron avait été clair, aucun agriculteur ne devait être laissé dans des impasses techniques. C’est pourtant ce que vient d’annoncer le gouvernement à l’occasion de la présentation du plan Ecophyto en excluant sans concertation la possibilité d’une dérogation pour les néonicotinoïdes utilisés en enrobage de semences de betteraves.

Lire la suite

Arrêt de la cour de justice européenne sur les nouvelles techniques de mutagénèse : un bien mauvais signal

Mercredi 25 juillet, la cour de justice européenne a rendu son avis concernant les variétés obtenues par les nouvelles techniques de mutagénèse. Ces dernières doivent être considérées comme des OGM et doivent donc être soumises aux obligations de la directive concernée. Or, nous le savons, les exigences de cette directive les condamnent de fait dans l’UE. L’AGPB, l’AGPM, la CGB, la FOP et la FNSEA prennent acte de cette décision très lourde de conséquences pour nos concitoyens comme pour l’agriculture européenne et entend tirer la sonnette d’alarme : une agriculture en panne d’innovation variétale ne pourra relever l’ampleur des défis climatiques et environnementaux et répondre aux attentes des consommateurs qui demandent en particulier une agriculture utilisant moins de produits phytosanitaires.

Lire la suite

Juin : de profonds remaniements du marché derrière une stabilité des cours

Le cours du sucre a été stable en juin : le sucre brut s’est maintenu autour de 12 cts/lb et le sucre raffiné autour de 340 à 350 US$/t. Mais, derrière cette stabilité, des différences sont à noter entre le début et la fin du mois. Si elles restent minimes en ce qui concerne les fondamentaux, les différences sont fortes en ce qui concerne les positions des spéculateurs et les monnaies.

Lire la suite

Explosion de l’huile de palme dans l’essence française : le double langage du gouvernement

Deux semaines après le blocage des raffineries par les agriculteurs français, les chiffres d’incorporation de biocarburants 2017 viennent d’être communiqués : l’huile de palme incorporée aux essences a progressé de 36 % en 2017 ! L’Association Générale des Producteurs de Blé, l’Association Générale des Producteurs de Maïs et la Confédération Générale des planteurs de Betterave dénoncent l’action du gouvernement visant à favoriser les importations d’huile de palme et demandent une nouvelle ambition pour le bioéthanol français.

Lire la suite

Les comptes de l’agriculture 2017 : Encore une année difficile pour les grandes cultures

Si les chiffres diffusés par la Commission des Comptes de l’Agriculture de la Nation du 5 juillet 2018 peuvent laisser penser que la situation économique des agriculteurs français est en amélioration en 2017, il n’en est rien. La comparaison avec l’année 2016, catastrophique pour les producteurs de grandes cultures, n’est absolument pas pertinente.

Lire la suite

La CGB n’accepte pas que SÜDZUCKER, groupe sucrier N°1 en Europe, impose ses prix de betteraves 2017/2018 aux planteurs français de sa filiale SAINT LOUIS SUCRE

Paris, le 29 juin 2018 - Les Planteurs de SAINT LOUIS SUCRE viennent d’apprendre de leur fabricant que le prix de leurs betteraves 2017/2018 était de 23.66 €/T [1] de betterave à 16°. La CGB, le syndicat des betteraviers, n’accepte pas que Südzucker, maison mère de la filiale française SAINT LOUIS SUCRE impose, sans transparence, le prix des betteraves le plus bas de France en 2017. Ce type de relation commerciale n’est pas propice à la construction d’une filière durable au travers d’un partenariat fort entre betteraviers et sucriers.

Lire la suite

Adoption par le Conseil européen du compromis sur la nouvelle Directive énergies renouvelables 2021 / 2030 : la France doit accroître son utilisation de bioéthanol français.

Les Etats membres de l’UE ont validé aujourd’hui le texte final de la nouvelle directive sur les énergies renouvelables. Le Parlement européen doit encore le voter en juillet pour rendre son adoption définitive. La filière française du bioéthanol salue l’inclusion dans ce texte d'un objectif de 14% d'énergie renouvelable dans les transports en 2030 et le maintien à 7%, certes sous conditions, du plafond concernant les biocarburants de première génération. Ce sont des améliorations significatives, obtenues avec l’aide la France, par rapport au projet initial de la Commission européenne.

Lire la suite